LIVRES / LIVRETS

Accueil Otis Redding - Bio LES DIEUX DU SOUL OTIS / S DANCHIN SAN FRANCISCO


LES LIVRES " SOUL "
EN LANGUE FRANÇAISE

 

 

     

 

                 

 

         
 

        

 

              

 

2017

 

La toute première biographie en langue française du révolutionnaire de la musique soul. Isaac Hayes, arrangeur surdoué et compositeur prolixe a traversé la fin du XXème siècle en compagnie des plus grands. Le 10 avril 1972, il reçoit l’Oscar de la meilleure musique de film pour Shaft. Une première pour un artiste noir.  Ses musiques sont devenues de véritables standards de la soul, et ses collaborations au cinéma, mythiques. Kill Bill 1 et 2, les Blues Brothers ou Zodiac ne seraient pas les mêmes sans l’intervention de cet artiste hors pair. À l’occasion de la publication de morceaux inédits en 2017, cette biographie reprend les formidables carrière et vie d’Isaac Hayes. De son enfance à Memphis, marquée par le racisme et la pauvreté à sa mort en 2008 en n’omettant rien, même les périodes les plus sombres de son existence.

commander sur Amazon

 

 

2013

 

commander sur Amazon

Utilisée dans de nombreux films (Top gun, Ne le dis à personne, Cloclo.) et dans des publicités, reprise (Seal, Garou, les Rolling Stones.), samplée (le tube " Otis ", signé par Jay Z et Kanye West), rééditée (une nouvelle compilation paraît en mars 2013), la musique d'Otis Redding est toujours aussi présente, quarante-cinq ans après sa mort. À tout moment, une radio, quelque part dans le monde, diffuse ses plus grands succès, de " (Sitting On) The Dock of the Bay " à " Respect ", de " Satisfaction " à " " I've Been Loving You Too Long ". De sa naissance dans une petite maison sur la plantation où travaillait son père, à son décès vingt-six ans plus tard (le 10 décembre 1967) dans un tragique accident d'avion, des clubs miteux de Macon (Géorgie) où il succède à James Brown et à Little Richard, à la scène du festival de Monterey où (avec Janis Joplin et Jimi Hendrix) il vole la vedette aux Who et au Jefferson Airplane, la vie d'Otis Redding se raconte comme un grand roman de l'Amérique des années 1960, celle de la lutte pour les droits civiques, de la soul, des mythiques studios de Stax Records, du mouvement hippie. Pourtant, il n'existait jusqu'ici aucune biographie exhaustive en français consacrée à Otis Redding, sinon deux livres rares ou épuisés de Régis Dubois (L'Harmattan) et Geoff Brown (10 x 18). Le présent ouvrage vient combler cette lacune. À partir de sources peu explorées, il raconte la vie et la carrière de Redding : son enfance dans les HLM de Macon, sa passion pour la musique, ses débuts dans des concours de chant, ses premiers disques, ses tournées dans le sud des États-Unis encore en proie à la ségrégation, son succès, d'abord auprès des amateurs de soul, puis du grand public, ses visites triomphales en Europe, ses rencontres avec les vedettes du rock, de Bob Dylan à Janis Joplin, sa volonté d'être son propre patron, sa mort inattendue, son héritage artistique. Riche d'anecdotes inédites ou méconnues, de sa tournée en Jamaïque (où il partage l'affiche avec les futures stars du reggae) aux jam sessions endiablées avec Neil Young et Brian Jones, ce livre trace le portrait d'un artiste à la carrière météorique qui incarne au plus haut niveau la soul sudiste, âpre, sensuelle et terriblement dansante.
 

It's only rock'n'roll et autres bricoles
 

      

OTIS EST MORT CE SOIR

 Tout a commencé avec la mort d’Otis Redding.

C’était une froide journée de décembre 1967. Ce jour-là, Philippe Paringaux s’ennuyait peut-être (à l’époque, Philippe Paringaux s’ennuyait souvent). Il roulait dans la mini Austin de sa fiancée tout en pensant à autre chose, quelque part sur le boulevard Saint-Germain, à Paris. La radio était branchée sur Europe n°1, un type a interrompu le programme pour annoncer la nouvelle. Otis est mort. Accident d’avion. Il venait tout juste d’enregistrer (Sittin’On) The Dock Of The Bay, quelques jours plus tôt. Paringaux a eu un choc. Il a sursauté, ce qui ne lui arrive pas souvent – il est bien trop cool pour sursauter, rien ne l’étonne ni ne l’émeut, et puis il risquerait de faire tomber la cendre de sa cigarette. C’est à ce moment précis que l’envie d’écriture lui est venue, comme une évidence. Écrire, il y avait déjà pensé. Il avait déjà d’ailleurs vaguement essayé, comme ça, pour voir, avant de renoncer. Il a même fait un détour par le Centre de formation des journalistes, après un rapide séjour à Sciences-Po, mais le journalisme ne l’attire pas vraiment. De toute manière, tout l’indiffère, à part la musique et les filles.

 Mais cette fois, c’est autre chose, il le sait. A peine rentré chez lui , il place un disque d’Otis sur la platine, s’installe à une table, prend une feuille de papier et commence à écrire ce qui lui passe par la tête. Il laisse l’émotion l’envahir, il garde encore en tête les images du spectacle du chanteur à l’Olympia, quelques mois plus tôt. Ces dernières années, Philippe Paringaux n’a raté aucun concert important à Paris, de jazz comme de pop. De Miles Davis aux Beatles et aux Rolling Stones, il les a tous vus, tous ceux qui comptent dans ces sixties en pleine révolution musicale. Paringaux n’a pas à se forcer pour aligner les phrases. Elles sortent toutes seules, sans qu’il ait besoin de réfléchir, comme si Otis Redding lui tenait la main, comme si la musique lui dictait les mots.

 Quand il pose son stylo, au bout de quelques feuillets, il se demande ce qu’il va bien pouvoir faire de ce texte. Il n’a pas l’intention de le publier. A vrai dire, il n’a aucune intention précise. Il a écrit pour le plaisir d’écrire, pour rendre un dernier hommage à Otis, parce qu’il lui fallait se libérer de tout ce qu’il avait sur le cœur. Même s’il ne laisse pas deviner, Paringaux est un sentimental. Tout de même, il serait dommage de laisser perdre ces quelques lignes. Mais sa paresse naturelle prend vite le dessus, mêlée à un vieux fond de détachement existentiel. Le texte restera dans un tiroir, en attendant l’occasion d’en sortir, si elle se présente un jour.

 Quelques semaines plus tard, Philippe Paringaux croise un copain photographe dans un concert. Le copain en question connaît bien la presse, il lui dit le plus grand bien de ce nouveau magazine, Rock & Folk. Il paraît qu’on y parle de musique américaine, de rhythm’n’blues, de pop music – tout ce dont personne ne parle jamais dans les journaux français. Ils cherchent de nouvelles plumes, des types qui savent écrire, tu devrais tenter ta chance, lui suggère le photographe. Pourquoi pas, pense Paringaux. On verra, rien ne presse. Rien ne presse jamais, après tout, il n’a que vingt-trois ans, autrement dit la vie devant lui. L’époque est riche en possibilités , il n’est pas encore question de crise économique ni de chômage, il suffit de pousser les portes pour qu’elles s’ouvrent toutes seules. Que peut faire un jeune homme à part chanter dans un groupe de rock ?, demanderont bientôt les Rolling Stones dans une de leurs chansons. Que peut faire Philippe Paringaux à part écouter de la musique, aller au concert – quand il y en a, c’est à dire pas très souvent – et écrire ?

 Un jour, il se décide enfin à rendre visite à Rock & Folk. La rédaction est installée dans un petit pavillon en retrait de la rue Chaptal, près de Pigalle, quartier général des magasins d’instruments et des musiciens parisiens…….

 La suite dans le livre : «  IT’S ONLY ROCK’N’ROLL ET AUTRES BRICOLES ».
 

Lire le premier article de Philippe Paringaux pour rock & Folk
 

2012

Bill Graham présente : Une vie rock'n'roll

 

pour commander le livre sur Amazon.fr

 

Présentation de l'éditeur

"Cher Bill, Le 6 juin 1972 au Winterland, j'ai vu le meilleur groupe de rock, et très certainement le concert de rock le mieux organisé au monde. En plus de ça, j'ai beaucoup bu et je suis tombé amoureux. Merci" ! Enfant, Bill Graham a fui l'Europe pour échapper aux armées d'Hitler. Après avoir passé sa jeunesse dans les rues du Bronx puis dans les salles de restaurant des grands hôtels des Catskills, et tenté sa chance comme acteur, c'est à San Francisco qu'il ouvrira, à la veille du Summer of Love, le mythique Fillmore, où il fera connaître les grandes icônes rock de toute une génération - Jefferson Airplane, le Grateful Dead, Janis Joplin, Cream et bien d'autres encore. Personnage complexe, adoré ou détesté, il est raconté ici par lui-même et par ceux qui l'ont connu ou cotoyé - Jerry Garcia, Keith Richards, Eric Clapton, Carlos Santana... - avec en toile de fond trois décennies de rock vécues au plus près de l'événement (les festivals de Monterey, Woodstock et Altamont, les tournées des Rolling Stones, le Live Aid), jusqu'à sa tragique disparition en 1991. Voici le portrait attachant et haut en couleurs de l'homme qui a inventé le rock business.

 

Biographie de l'auteur

Robert Greenfield est l'auteur de STP - A travers l'Amérique avec les Rolling Stones et de Exile On Main Street, tous deux publiés aux éditions le mot et le reste.

 

lire les passages du livre consacrés à Otis Redding à la page SAN FRANCISCO

 

 

2011

 

SOUL FOR ONE
par Olivier Cachin
 

pour commander le livre - cliquer sur l'image


 

Présentation de l'éditeur

La musique Soul est née aux États-Unis à la fin des années 1950. Elle tire ses origines du Gospel et du Blues. C’est Ray Charles qui, le premier, mélangera les genres pour faire naître cette musique de l’âme, profonde, sensuelle et en même temps rythmée. C’est également lui qui utilisera pour la première fois le terme de Soul dans les titres de ses premiers albums, Soul Brothers en 1958 et Soul meeting en 1961. C’est cette longue et voluptueuse odyssée de la Soul qu’Olivier Cachin nous conte ici. À travers une galerie de portraits vivants des pères fondateurs : Ray Charles, Otis Redding ou James Brown, et de leurs héritiers, Barry White, Michael Jackson ou encore Curtis Mayfield, jusqu’au renouveau actuel du genre aux États-Unis et en Europe, il livre une histoire passionnée de la musique Soul et du Funk qui lui est intrinsèquement lié. Tamla Motown, Stax Record, Blacksploitation, cet ouvrage est à l’image de la Soul : profond, glamour et endiablé !

 

 

Biographie de l'auteur

Olivier Cachin est journaliste et écrivain. Fondateur du magazine L’Affiche et de l’émission télévisée Rapline dans les années 1990, il a écrit une dizaine de livres parmi lesquels L’offensive rap, Eminem le prince blanc du hip hop, 100 albums essentiels du reggae, 100 Albums Culte Soul Funk R&B ainsi que la biographie Michael Jackson, Pop Life, chez Alphée Editions en 2009, devenue depuis un best-seller. Régulièrement invité en télé et en radio, il est un spécialiste reconnu de la Black music. Olivier Cachin collabore notamment aux magazines VSD, Rock & Folk et L’Optimum. Il est sur l’antenne du Mouv' (95.2) depuis septembre 2009. Son émission Collection Privée, diffusée tous les samedis de 10 heures à midi, revisite la musique populaire des années 1960 aux années 2000.

 

2010

L'odyssée de la Soul et du R & B
par Florent par  Mazzoleni
 

pour commander le livre - cliquer sur l'image
 

Construit sur le modèle de L'Odyssée du rock, avec des articles principaux pour les artistes fondamentaux, des entrées complémentaires, des brèves et des chroniques sur tous les petits événements qui ont aussi participé à l'édification du mythe, L'Odyssée de la soul est un nouveau livre de référence pour tous les amateurs de musique et de chanteurs devenus légendaires comme Ray Charles, Fats Domino, James Brown, The Impressions, Otis Redding, Dione Warwick, The Supremes, Marvin Gaye, Aretha Franklin, The Jackson Five, Barry White, Stevie Wonder, Dona Summer, Al Green, Diana Ross, Michael Jackson... Cet ouvrage retrace en images toute la chronologie des musiques noires américaines, à une époque où elles sont d'une grande actualité car elles ont influencé la plupart des styles musicaux contemporains, du rap ou du r'nb. Outre la soul à proprement parler, le funk, le disco, le hip hop, les girls groups, la soul de Philadelphie, de Miami ou de la Nouvelle Orléans, l'histoire des grands labels comme la Motown ou Stax, le new Jack, le go-go, le trip hop, l'acid jazz, mais aussi par certains aspects, le blues, le jazz, la house, le reggae ou le gospel sont analysés et commentés au fil des pages à l'aide de documents originaux et pour la plupart inédits, issus de la collection de Gilles Pétard.

 

2008

Les Musiques Soul et Funk.
 La France qui groove des années 1960 à nos jours.

Vincent SERMET - L’Harmattan, Logiques sociales / musiques et champ social, 445p, 37.53 € sur Amazon.fr
 

pour commander le livre - cliquer sur l'image
 

La France qui Groove… C'est une centaine d'amateurs (collectionneurs, vendeurs de disques, DJs, responsables de labels indépendants, organisateurs de concerts et de soirées, créateurs de sites Internet, animateurs à la radio, musiciens, danseurs, journalistes…) qui racontent leurs expériences et leur passion de la Soul et du Funk.

L'auteur coordonne tous ces témoignages constitués d'histoires et de cultures singulières, les met en perspective et les confronte à d'autres sources, écrites (Rock & Folk, Jazz Hot), audiovisuelles (archives publiques et privées) et picturales (photographies, pochettes de disques, tickets de concerts, créations graphiques). Ce travail trouve ainsi sa place parmi les trop rares recherches menées en histoire culturelle de la musique.

Dans ce tableau historique d'un demi-siècle, les musiques Soul/Funk apparaissent comme productrices d'imaginaire collectif, comme représentatives de phénomènes sociaux et comme révélatrices d'identités, particulièrement liées aux banlieues françaises. On y retrouve différents projets ponctués de réussites ou d'échecs, les ressentiments des acteurs victimes d'exclusions et de discriminations mais aussi les joies et les plaisirs véhiculés par ce goût musical.
Avec une réflexion courageuse et opiniâtre, l'auteur fait coïncider l'analyse scientifique avec un travail de militant envers une culture populaire qu'il estime.

Vincent Sermet est docteur en histoire. Il a soutenu sa thèse en 2006 à l'université de Marne la Vallée où il a été chargé de cours de 2003 à 2006.

 

2007
 

Muscle Shoals

Capitale secrète du rock et de la soul
par Sébastian Danchin
 

acheter le livre

2006
 

MEMPHIS
aux racines du rock et de la soul

par Florent   Mazzoleni
 


 

Présentation de l'éditeur

Etape incontournable entre un Sud pauvre et âpre et un Nord riche et industrialisé, la ville de Memphis, véritable plaque tournante musicale au coeur des États-Unis, prend vite des allures de formidable bouillon de culture. C'est là, du côté des studios Sun, que le télescopage du blues noir et de la country blanche va donner naissance au rock. C'est aussi à Memphis, autour de quelques labels mythiques, que vont s'écrire les plus belles pages de la soul... Ce livre est une passionnante balade dans la mémoire d'une ville essentielle pour toute l'histoire de la musique populaire américaine. Une promenade le long de rues où les héros se nomment Elvis Presley, Roy Orbison, Johnny Cash, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Otis Redding ou Sam & Dave, pour ne parler que des plus célèbres. Un voyage aux racines du rock et de la soul music...

Biographie de l'auteur
Journaliste, globetrotter, photographe, Florent Mazzoleni est un grand spécialiste de la culture populaire du sud des Etats-Unis et l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la musique rock.

acheter le livre

2005

 

JAMES BROWN

l'Amérique noire, la Soul & le Funk

par Florent Mazzoleni

 

  

Présentation de l'éditeur

Depuis les débuts professionnels de James Brown en 1956 jusqu'à ses performances récentes, cet ouvrage retrace ses 50 ans de carrière tout en racontant l'évolution de la musique noire américaine, de Ray Charles à Miles Davis en passant par Sam Cooke, Otis Redding, Aretha Franklin, Curtis Mayfield, George Clinton, Sly Stone, les Meters, les Temptations, les Isley Brothers, etc. Véritable roman de la musique noire, ce livre magnifiquement illustré raconte l'invention et les transformations successives de la soul et du funk, des pionniers du gospel et du rhythm'n'blues jusqu'au hip-hop contemporain.

acheter le livre

 

 

ARETHA FRANKLIN

Portrait d'une Natural Woman

par Sébastian Danchin
 

bullet

La présentation de l'éditeur

De la chanteuse militante à la diva capricieuse, de l'actrice gouailleuse à la vedette traquée par la presse people, Aretha Franklin a débarqué dans notre quotidien, au coeur d'un été 1967 empreint de violence dans les ghettos de l'Amérique noire, en exigeant le R-E-S-P-E-C-T avec une force de conviction hors du commun. Devenue rapidement la souveraine incontestée d'un genre en plein essor, la Queen of Soul accumula un palmarès inégalé depuis Elvis Presley. Près de quatre décennies plus tard, elle reste la figure de référence de la musique noire et plus généralement de la chanson au féminin, qu'elle chante Puccini avec Luciano Pavarotti ou se produise à la Maison-Blanche pour le gotha de la politique. Derrière ce parcours largement médiatisé, Aretha Louise Franklin dissimule pourtant une histoire méconnue, marquée par la figure hégémonique de son père, le révérend C.L. Franklin, star du circuit gospel et compagnon de route de Martin Luther King. Façonnée par cet homme d'église, homme d'affaires et homme à femmes, qui lui inculqua un sens rétrograde de la hiérarchie entre les sexes tout en prêchant la tolérance raciale, Lady Soul a passé une bonne partie de sa vie à subir le machisme du ghetto. Jetée dans l'arène du spectacle à quatorze ans alors qu'elle devenait mère de famille, propulsée tout en haut de l'affiche à vingt-cinq, puis réduite au rôle de has been à trente-cinq, celle qui, dès l'arrivée de la gloire en 1967 reçut le surnom de natural woman, sut remonter la pente pour accéder au statut de mythe à la seule force de sa créativité.


Docteur ès lettres et historien de formation, homme de radio et de télévision, mais aussi producteur artistique, Sebastian Danchin est un spécialiste internationalement reconnu de la culture américaine. Entre autres ouvrages publiés aux États-Unis et en France, il est l'auteur de biographies de référence de B.B. King et d'Elvis Presley, ainsi que de l'Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul parue chez Fayard.

acheter le livre

 

Geoff  Brown  /  Otis Redding
Editions 10/18 - Septembre 2003

(texte de la 4ème de couverture)

Il était aux portes de la gloire quand son avion s'est abîmé, le 10 décembre 1967, dans les eaux glacées du lac Monona, Wisconsin. Otis Redding n'avait que vingt-six ans et beaucoup encore à donner à la soul music, mais le destin en a décidé autrement. Au travers d'entretiens avec ceux qui l'ont connu, Geoff Brown retrace le parcours du créateur de (Sittin'On) The Dock of the Bay, des bancs de l'église aux mythiques studios de Stax Records, des premiers concerts au festival de Monterey où sa voix puissante et chaleureuse mit la foule à ses pieds. Une biographie rare, documentée et riche de témoignages.
 

SWEET SOUL MUSIC
RHYTHM AND BLUES ET RÊVE SUDISTE DE LIBERTÉ
Peter Guralnick / Editions ALLIA / Septembre 2003
(traduction de l'américain par Benjamin Fau)

(texte de la 2ème de couverture)

Journaliste et écrivain, Peter Guralnick est l'auteur d'une série de travaux qui font autorité sur la musique vernaculaire américaine, principalement des années 50 et 60. Il a publié trois volumes consacrés à des musiciens de rock, de blues, de soul et de country : Feel Like Going Home en 1971, Lost Highway en 1979 et enfin Sweet Soul Music en 1986. Les deux volumes de sa monumentale biographie d'Elvis Presley ont été salués comme oeuvres de référence. Il est également l'auteur d'un roman noir : Nighthawk Blues. "Je n'ai jamais écrit sur commande, dit-il. Je n'ai jamais écrit sur quelqu'un sans en avoir eu l'envie. Je mène moi-même mes interviews. Je crois en une immersion totale dans le sujet. L'essentiel est de respecter les gens sur lesquels on écrit, de même que leurs histoires. Pas question de bâcler le travail, et de les trahir. J'aspire à écrire quelque chose qui durera, et qui transmettra un peu de vérité humaine."

Epopée humaine, ouvrage érudit, chronique d'une époque et de sa musique - Sweet Soul Music est tout cela à la fois, et plus encore. On peut lire ce livre comme une galerie de portraits, ceux des personnalités les plus marquantes de la musique soul du sud des Etats-Unis, et l'on part ainsi à la rencontre de personnages légendaires de la musique populaire noire, tous plus complexes et fascinants les uns que les autres : Sam Cooke, Ray Charles, Solomon Burke, Otis Redding, James Brown, Aretha Franklin, Isaac Hayes ou encore Al Green. on peut également y suivre une extraordinaire aventure humaine, celle de l'ascension et de la chute du label Stax - celui de Booker T. & the MGs, Otis Redding, Sam & Dave - et se plonger ainsi dans une époque clef de la culture populaire américaine, dans ces années 60 bouillonnantes où travaillent pour la première fois ensemble, non sans heurts, pleurs et grincements de dents, culture afro-américaine et culture blanche, musique sacrée et musique profane, tradition et innovation. Méticuleusement documenté, étayé par de nombreuses interviews, Sweet Soul Music se lit comme un roman - mais comme un roman vrai, celui d'hommes et de femmes qui ont changé l'histoire de la musique populaire et qui ont participé au grand bouleversement des mentalités raciales et sociales dont les effets se font encore sentir aujourd'hui.

"Achetez ce livre ! Vous ferez une véritable affaire ! Vous n'imaginez pas le nombre de merveilleux disques que vous vous sentirez obligés d'acheter après avoir lu Sweet Soul Music ! " (Elvis Costello)

"Sweet Soul Music fait partie du Top 5 de mes livres favoris." (Rob Fleming, dans Haute Fidélité de Nick Hornby)

 

acheter le livre
 

OTIS REDDING  - biographie

Régis Dubois / L'Harmattan / décembre 2002

(texte de la 4ème de couverture)

Il y a 35 ans, le 10 décembre 1967, disparaissait Otis Redding. Âgé tout juste de 26 ans, ce jeune chanteur noir du Sud des États-Unis venait de conquérir l'Europe et était en passe de s'imposer définitivement comme le Roi incontesté de la Soul Music en Amérique. Incomparable showman à la voix unique, sa carrière fut fulgurante. Il laisse derrière lui une poignée d'albums d'anthologie et quelques chansons inoubliables au nombre desquelles les magnifiques ballades I've Been Loving You Too Long ou Try a Little Tenderness et surtout l'atemporel (Sittin' On) The Dock Of The Bay, son chef-d'oeuvre testamentaire.

A travers cette petite biographie - la première en français consacrée à Otis Redding -  c'est aussi tout un pan de la fabuleuse histoire de la Soul Music et du mythique label Stax que cet ouvrage retrace.

Régis Dubois est l'auteur d'ouvrages sur le cinéma et d'articles portant essentiellement sur la culture afro-américaine.
 

Découvrez les premières pages du livre >>>

 

 

Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul

SEBASTIAN DANCHIN / FAYARD / MAI 2002

(texte de la 4ème de couverture)

" Le terme Rhythm & Blues rassemble dans une même fraternité artistique des styles pourtant distincts comme le rhythm & blues de louis Jordan, la ballade noire sentimentale de Nat "King" Cole et des Platters, les harmonies doo-wop des Teenagers de Frankie Lymon, la soul aux fortes consonances gospel de Sam Cooke, Ray Charles, Aretha Franklin et Otis Redding, le funk militant de james Brown, Sly Stone et Bootsy Collins, la pop-soul généraliste des Jackson et de Diana Ross, le disco de Donna Summer, KC & the Sunshine Band et Chic, les explorations quiet storme de Smokey Robinson, Anita Baker et Luther Vandross, le New jack swing entre soul et hip-hop de Keith Sweat et Bobby Brown, la neo-soul actuelle de Mary J. Blige, Maxwell, Erikah Badu et Angie Stone ...

Ce sigle à la portée universelle a rythmé la vie des Noirs américains depuis les années 1940 et marqué de son empreinte indélébile toute la musique populaire occidentale, commençant par susciter la révolution rock'n'roll avant de prendre progressivement le pouvoir artistique dans l'univers du show-business grâce à des compagnies visionnaires comme Motown, Stax, Philadelphia International ou Solar; le R & B est aussi, et peut-être surtout, l'un des grands révélateurs de l'histoire mouvementée de la première minorité d'Amérique.

En remontant aux sources du rhythm & Blues originel pour suivre toutes les étapes d'un parcours aux ramifications multiples qui débouche sur la réalité du R & B actuel, l'Encyclopédie du Rhythm & blues et de la Soul évoque cette odysée hors du commun dans le détail de ses péripéties historiques, artistiques et sociales. Au total, ce sont près de six cents artistes dont la carrière est détaillée, l'impact évalué, le style décrypté, pour reconstituer pas à pas, l'un des chapitres majeurs de la culture populaire du XXe siècle.

Producteur d'émissions pour la radio et la télévision, guitariste, Sebastian Danchin est spécialiste de la musique noire américaine. Entre autres ouvrages, il est l'auteur aux Etats Unis de la biographie de référence de B.B. King; il collabore à différentes revues spécialisées aux États-Unis, en Suède, en Autriche et, en France, aux magazines Soul Bag et Jazzman "

acheter le livre

SOUL MUSIC / Jean louis Lamaison

 ALBIN MICHEL  ROCK & FOLK / MAI 1977

 

(texte de la 4ème de couverture)

Par Jean-Louis Lamaison, spécialiste ès soul music du magazine "Rock & Folk", voici une série de portraits des géants de la musique populaire noire américaine. Après un chapitre d'introduction retraçant brièvement l'évolution du genre, depuis le blues du Mississipi jusqu'au disco sound des boîtes à la mode, depuis le cri de désespoir nu jusqu'aux machines à danser hyper-sophistiquées, Jean-Louis Lamaison évoque tour à tour ceux qui ont imposé au cours des vingt dernières années leur stature et leur talent, et fait d'un genre longtemps considéré comme marginal une musique universelle. De Ray Charles à Stevie Wonder, en passant par Otis Redding, Wilson Pickett, Aretha Franklin, James Brown et le Philadelphia Sound.

 

LES DIEUX DU SOUL par Phyl Garland

Éditions BUCHET/CHASTEL 1972

Edition rare - épuisée en librairie

traduction de l'américain par Yvonne et Maurice Cullaz

(texte de la 4ème de couverture)

Une magistrale et pénétrante analyse de ce que l'on prend, généralement, pour un phénomène nouveau: la musique SOUL. Phyl Garland montre et démontre clairement que ce phénomène n'est nullement nouveau (mais que sa signification est singulièrement actuelle), même si les américains de race blanche n'en ont pris conscience que tout récemment.

Phyl Garland retrace l'évolution de la Musique Soul depuis ses premières et anciennes manifestations, s'entretenant fréquemment avec les artistes qui en assurent la pérennité, ceux que le grand public, aux Etats-Unis et dans le Monde, a plébiscités et ceux qui, doués d'un talent aussi manifeste, sont, cependant, moins connus. Les spirituals, les gospel songs, les blues traditionnels, le rhytm and blues, le rock, le jazz et les conditions sociales (discrimination, frustrations, violence) qui ont engendré et façonné ces différentes formes de musique, font l'objet de cet ouvrage. Le public cultivé et curieux, le public mélomane et le grand public prendront conscience, à la lecture de ce livre, des phénomènes les plus importants de notre époque, s'initieront à des formes musicales fascinantes qui constituent, tout à la fois, une philosophie et un art de vivre, un enseignement et un exquis divertissement et, enfin, réaliseront que la Musique Soul a donné naissance à une industrie et à un courant d'affaires représentant des millions et des millions de dollars !

Mahalia Jackson, Aretha Franklin, Nina Simone, B.B. King, tous les grands vocalistes et tous les musiciens de jazz importants apportent, dans ce livre, leur témoignage et leur message d'une dramatique intensité.

Comment a-t-il pu se faire que l'authenticité et l'importance de cette forme culturelle aient échappé si longtemps à la conscience collective des Américains de race blanche et des habitants des autres nations du globe ?

Par la profondeur et la pertinence de son analyse de la Musique Soul, par le mordant et le dynamisme de son écriture, par la force de sa conviction, par sa légitime fierté d'appartenir à une ethnie privilégiée et douée d'un intensité d'expression rare et des qualités artistiques les plus variées, Phyl Garland s'impose comme un des critiques de jazz les plus prestigieux de notre époque.

&&&&&

Phyl Garland, jeune et gracieuse américaine de couleur, fait partie de l'état-major de la grande revue américaine Ebony, entièrement et exclusivement rédigée, imprimée et gérée par des américains de couleur.

Elle est responsable d'une chronique mensuelle dans cette revue - chronique consacrée à la musique ou à l'évocation de personnalités du monde de la musique - où elle rédige les articles les plus importants.

Avant de faire partie de la rédaction d'Ebony, Phyl Garland écrivait dans le Pittsburg Courier, un des plus grands journaux de l'ethnie noire américaine.

 

ENCYCLOPÉDIE BLACK MUSIC

Jacques Barsamian / François Jouffa

Éditions Michel Lafon / 1994

(texte de la 4ème de couverture)

Sans la musique afro-américaine, le rock'n'roll, la pop et la rock music, et toute la musique populaire en général ne seraient pas ce qu'ils sont devenus dans le monde entier.

Louis Armstrong, nat King Cole, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Muddy Waters, John Lee Hooker, B.B.King, Fats Domino, Chuck Berry, les Platters, Ike et Tina Turner, Stevie Wonder, Diana Ross, Ray Charles, James Brown, Jimi Hendrix, Prince, Bob Marley, Michael Jackson, Donna Summer et tant d'autres... Ils sont tous là, plus de 500 groupes et artistes, des plus célèbres à ceux que l'on croit avoir oubliés mais qu'on redécouvre avec passion.

L'encyclopédie de la Black Music: une époque, une poésie, des souvenirs de caves enfumées ou de rêve américain pour âmes apatrides, des rythmes qui font danser ou qui donnent le blues... En tout cas un plaisir.

 

 

Accueil Otis Redding - Bio LES DIEUX DU SOUL OTIS / S DANCHIN SAN FRANCISCO